L’oubli est un don paradoxal

Matière à penser
Petit texte découvert sur Facebook.. superbe !
“J’ai une mémoire admirable, j’oublie tout.”
Alphonse Allais
Il est vital d’oublier les chagrins, les peines, les humiliations.
L’oubli est une nécessité, un essentiel, un antidote.
Il serait impossible d’avancer dans la vie s’il nous revenait sans cesse tous nos échecs et nos peines.
C’est grâce à l’oubli qu’il est possible de se reconstruire après avoir été confronté aux épreuves de la vie.
Cependant, rien n’est jamais totalement effacé de la mémoire.
Il reste toujours une trace de ces informations, cachée quelque part dans un coin de notre cerveau.
Il suffit alors d’une odeur, d’une photo, d’un son, ou d’une saveur pour qu’un souvenir rejaillisse à notre conscience, parfois avec une force et une violence inouïe.
L’oubli est ainsi un don paradoxal.
Il permet d’être heureux, tout en rendant la quête du bonheur plus difficile.
Un homme peut être dépossédé de tout, de sa liberté, de ses biens matériels et de sa famille. Néanmoins, quoi qu’il arrive, on ne pourra pas lui enlever ses souvenirs et ses espoirs.
Ses espoirs, pour que sa vie garde un sens, et ses souvenirs, pour ne pas oublier qu’il a été heureux.
Référence : AU FIL DE MES LECTURES

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.